Le Blog de Norman Palma

Publications : Économie | Philosophie

mercredi 25 mars 2015

L'émission monétaire aux Etats-Unis.

La Réserve Fédéral achète les invendus de bons du Trésor. Donc, elle émet de la monnaie en échange de ces bons. Puis, il y a eu le célèbres QE de Bernanke. Ce qui a permis à la Fed d'émettre de la monnaie directement. 

Le QE 1,2 et 4 ont été destiné à acheter des bons du Trésor - de 10 et 30 ans - sur le marché international. Actuellement, la Fed émet de la monnaie, en déhors de tout plan, pour soutenir le 10 et le 30 ans. De plus, elle continu à émettre de la monnaie, pour acheter le invendus des bons du Trésor. A ce propos, il convient de savoir que le Trésor américain a vendu aujourd’hui, 25 mars 2015, 35 milliards de dollars des bons à 5 ans.

lundi 23 mars 2015

Encore sur la crise de l'économie grecque.

Comme nous l'avons déjà signale, le chemin pour sortir de la crise, dans laquelle s'enfonce l'économie grecque, passe par la sortie de l'euro. La seule expérience qui peut servir de modèle, à l'économie grecque fut celle de l'Argentine.

Rappelons que l'économie Argentine avait institué, la parité pur avec l'US dollar. Donc, un peso un dollar. Cette parité fait qu'avec la surévaluation du dollar, à l'époque, l'économie argentine s'est trouvé en conditions de non concurrentialité.La dévaluation du peso argentin - de 75% -le 1er mars 2002, lui a permis de retrouver sa capacité concurrentielle. Et, en peu de mois, l'Argentine a retrouvé des excédents. Depuis 2014, l'économie Argentine se trouve pénalisée, par le conflit avec les fonds vautours.

samedi 21 mars 2015

Encore à propos de la crise en Grèce.

Jeroen Dijsselbloem, Président de l’Eurogroupe, et ministre de l'économie néerlandaise, propose comme solution le contrôle des capitaux en Grèce.De toute façon le bank run (la course aux guichets), qui se pratique actuellement dans ce pays, mène nécessairement à cette solution.

Mais, ce que Dijsselbloem n'a pas compris , c'est que le contrôle des capitaux est la phase qui précède la sortie de l'euro. Ce qui doit être le but d'une politique rationnelle dans ce pays. Car, il faut que tout pays puisse disposer d'une souveraineté monétaire.  

lundi 16 mars 2015

A propos de la crise grecque.

On commence à comprendre que la Grèce à des difficultés plus importantes qu'elle ne le dit. Elle aurait besoin d'un plan d'annulation et de restructuration de sa dette, comme l'Allemagne en 1953.
Le chemin le plus courte pour entreprendre cette politique, serait que la Grèce sorte de l'euro et se déclare en faillite. Ce que lui permettre de renégocier sa dette, tout en se restructurant à partir de sa nouvelle monnaie.
 

mercredi 11 mars 2015

Nouvelle publication.

Au fait, ma nouvelle publication - Autopsie d'un Désastre Économique, Éditions Perspectives Libres, 203 pages - vient de sortir. Il s'agit d'une réflexion sur l'histoire de la crise universelle que nous sommes en train de vivre. Anisi que sur le chemin du dépassement de cette crise.

vendredi 6 mars 2015

Quantitativiste et altermondialiste.

Je suis à la base quantitativiste. Ce qui veut dire que je suis de ceux qui considèrent que la théorie quantitative de Locke est un des fondements de la théorie économique.

Par la suite, je me réclame altermondialiste. Car je pense qu'il faut changer l'ordre du monde, et, plus précisément, l'ordre du système monétaire international. Donc, sortir du règne de l'étalon-dollar et instituer le royaume de l'étalon-or international.

jeudi 5 mars 2015

La dollarisation de l'économie de l' Argentine.

L'effet le plus négatif du règne du billet vert, dans les économies dollarisées, c'est le fait que les citoyens de ces pays achètent des dollars pour se protéger. C'est ainsi qu'en Argentine, les achats de dollars, depuis le début de l’année, sont de 1,077  milliards de dollars. (La Nation, 5 mars 2015). Ce qui a comme effet, le renforcement du dollar au niveau international et la fragilisation des économies nationales.

De son côté, cette appréciation du billet vert, par rapport au autres monnaies, tend à augmenter le déficit commercial des États-Unis. Lequel a été de 505 milliards de dollars en 2014. Mais cela ne provoque aucun problème aux États-Uni car ils détiennent le droit d'émettre la monnaie international.

mardi 3 mars 2015

L'Argntine et les fonds vautours.

Le juge new-yorkais Griesa a condamné l'Argentine a rembourser la dette qu'elle doit aux fonds vautours. Ce à quoi se refuse le gouvernement argentin. Donc, juge Griesa a condamné l'Argentine pour désobéissance. Ce qui est totalement absurde du point de vue du droit international. Car il y a le principe de la souveraineté.

Il faudrait donc que le juge demande au gouvernement des États-Unis de rendre efficace sa condamnation. Ce qu'impliquerait le retour à la politique de la canonnière.Donc, que la flotte américaine puisse bombarder Buenos Aires.Pour l'obliger à payer les fonds vautours.

Rappelons que les fonds vautours ont acheté la dette argentine à moins de 10% de sa valeur. Et ils demandent a être payés à 100%, plus les intérêts. Par conséquent, ces fonds spéculatifs se spécialisent dans l'achat à bas prix, des dettes émisses par des pays en difficulté, pour réclamer par la suite le payement de la valeur nominale plus les intérêts.

lundi 2 mars 2015

l'or et la monnaie.

Au sens strict du terme, l'or est la méta-monnaie. Il est la mesure universelle, aisément stockable que la nature nous donne.  Le papier monnaie est, par contre, la monnaie au sens stricte du terme. Car c'est le produit du droit, comme nous le rappel Aristote.

Comme nous le montre l'histoire de l'US dollar, une monnaie nationale peut devenir monnaie internationale, soit de facto (1933-1944), soit de jure: depuis 1971. Mais, lorsqu'une monnaie nationale, devient monnaie internationale, elle impose nécessairement son privilège. De sorte que cette nation, possède le privilège de déterminer le droit, l'économie et la politique international.

vendredi 27 février 2015

La renégociation de la dette internationale.

La Grèce cherche à renégocier sa dette. Pour sa part Podemos, le parti de la nouvelle gauche espagnole, parle de le faire s'il accède au pouvoir. Bientôt ça sera le tour de l'Italie.

La fin de l'euro devrait permettre de surmonter ce problème. Grâce à la forte dépréciation qui devrait s'en suivre. 

mercredi 25 février 2015

Giscard et la Grèce.

Comme le dit Giscard d'Estaing, la Grèce a besoin d'une monnaie dévaluable. Quoi qu'il emploi ce terme avec une connotation négative. Il est important de comprendre qu'en réalité tous les pays déficitaires de la zone euro, ont besoin d'une monnaie dévaluable.

Car, dans sa réalité chaque pays doit pouvoir déterminer la valeur de change de sa monnaie, ainsi que de sa quantité en circulation. Et c'est cela que nous appelons la souveraineté monétaire. Ce qui est le complément de la souveraineté politique.

jeudi 19 février 2015

A propos de la restructuration de la dette publique.

Généralement, on parle de restructuration de la dette publique lorsqu'il y a réduction des taux d’intérêt, ou lorsqu'il y a rééchelonnement du payement du capital.

On peut aussi parler de restructuration de la dette publique lorsqu'il y effacement d'une partie de la dette. Ce qui s'est produit en 1953, avec l'Allemagne qui a vue sa dette épongé de 50%. On parle aussi de transformation d'une dette en dette perpétuelle, quand il y a payement des intérêts pendant une longue période, de 50 ans par exemple, sans payement du capital.

Actuellement, on peut parler de restructuration de la dette lorsque celle-ci est payé en fonction de ce que le débiteur gagne. On dit alors en anglais: Pay as you ern. Voir, on peut organiser le choses de telle manière que le débiteur paye les intérêts, et rembourse le capital lorsqu'il peut.

mercredi 18 février 2015

Encore à propos du US30Y.

Il est important de souligner  qu'en ce moment le 30 ans est à 95,50$. Ce qui veut dire que la valeur phare du système dollar est en train de s'affaiblir, plus rapidement de ce qu'on pouvait penser.

Pour sa part, le 10 ans est à 98,81$. Cela fait que si ce processus continu à ce rythme, la Fed va intervenir. Car, il faut tenir présent à l'esprit qu ele dollar ne peut pas faire faillite. En effet, la Fed dispose de la planche à billets.

samedi 14 février 2015

Encore à propos du 30 ans américain.

Les effets du QE4, sont en train de s’épuiser. Rappelons que ce fut en octobre 2014 que la Fed a mis fin à ce programme. Depuis une semaine on assiste à une baisse de la valeur réelle  du 30 ans américain (US30Y).

Il va falloir, donc, s'attendre à une continuité de cette baisse, et au lancement d'un nouveau programme d'émission monétaire: QE5.

lundi 9 février 2015

A propos de la situation monétire de la Grèce.

La Grèce dispose actuellement de moins de 2 milliards d'euros en réserve. Elle doit rembourser cette année 9 milliards d'euros au FMI - dont 2,3 au mois de mars -, et 6,7 milliards d'euros à la BCE. A cette somme qu'elle doit payer, il faut qu'elle trouve 12 milliards d'euros, pour relancer son économie.

Ce qui veut dire qu'elle ne peut pas réaliser son projet, sans sortir de la zone euro, tout en se déclarant en faillite. Ce qui doit lui permettre de renégocier sa dette. Qui est de 320 milliards d'euros. Quelques 11 fois la valeur des exportations de ce pays. Donc, surement le pays le plus endetté du monde.

jeudi 5 février 2015

Encore à propos du Baltic Dry Index (BDI).

Comme on vient de la signaler, le Baltic Dry Index est au plus bas. En ce moment il est à 569 p. Donc, au plus bas depuis 30 ans. Rappelons que le BDI fut créé en 1823. Il a connu son moment le plus haut, le 20 mai 2008, avec presque 12.000 p.. Avant la grande contraction, du deuxième semestre 2008. Remarquons encore que cette chute va amener le BDI à 663 p.

Tout indique, donc, que la guerre de monnaies va s’accélérer et que le protectionnisme devrait s'aggraver. Sauf dans le cas des États-Unis, qui peuvent se permettre les plus grands déficits Comme en 2006 où le déficit commercial fut de presque 850 milliards de dollars. Actuellement ce déficit est de l'ordre de  450 milliards de dollars.    .

samedi 31 janvier 2015

Encore sur le Baltic Dry Index (BDI).

Le BDI est au plus bas. Il est actuellement à 632 points. Rappelons que le BDI est l'indice du transport maritime des produits secs, comme le charbon , les métaux, les céréales, etc, etc. Il indique, par conséquent, le niveau de l'activité économique au niveau international.

Notons aussi que le moment le plus élevé de cet indice fut le 20 mai 2008, avec 11.793 points. Ce qui veut dire que nous nous acheminons vers un dépression internationale. Le seul moyen de surmonter cette crise, est d'instituer l'étalon-or international. Donc, dépasser le règne de la monnaie unique européenne et celui du US dollar, au niveau international.

De sorte à ce que chaque pays puisse disposer de sa propre monnaie, tout en ayant une monnaie commune au niveau international.

mardi 27 janvier 2015

Une fortune pour un plan d'union monétaire.

Juan Carlos Monedero, est un des fondateurs de Podemos - le parti de la gauche radicale espagnole -, il a obtenu 425.150 dollars en échange d'un plan d'union monétaire, de la part de certains pays de l'Amérique Latine: le Venezuela, l’Équateur, la Bolivie et le Nicaragua. 

Il faut signaler que Monedero es professeur de politique, à l'université de Madrid. On peut, donc, se demander quel peut être le contenu de ce plan. Et ceci à une époque, où il est question de dépasser les systèmes de monnaie unique: Le F-CFA et l'euro.

dimanche 25 janvier 2015

La Grèce et la renégociation de sa dette publique.

Tout indique que la Grèce s'achemine vers une restructuration de sa dette. Schäuble, le ministre  de l'économie allemande, a dit dernièrement qu'il n'est pas question.

Mais, normalement, la Grèce devrait arriver à le faire. Donc, à obtenir d'un côté, un moratoire de sa dette (de 5 ans?), et de l'autre côté, d'un rééchelonnement de sa dette publique: de 100 ans?. Tout est possible. 

vendredi 23 janvier 2015

A propos de la politique de la BCE.

Comme ça a été prévue, la BCE se lance dans une politique d'achats de la dette publique. Mais, cette politique ne prend pas la forme de celle mené par la Fed. C'est-à-dire, d'achats de la dette contre de la nouvelle monnaie émise. Une partie des 60 milliards par mois, quelque chose comme 10 milliards, devra être utilisé pour acheter des obligations privés. Le reste, 50 milliards, devront être utilisés pour acheter des obligations publiques.

Donc, la BCE devrait utiliser ses fonds pour acheter de la dette libellé 3A. Par conséquent, de la dette allemande. Ce qui va consolider le rôle de ces obligations. Elle devra aussi acheter de la dette en proportion de la participation au capital de la BCE. En fin, chaque pays, de la zone euro, devra acheter sa propre dette. Ce qui devrait fragiliser encore plus, les plus faibles. 

- page 1 de 79