Le Blog de Norman Palma

Publications : Économie | Philosophie

mercredi 17 décembre 2014

A propos du programme de l'extrême gauche grecque.

Le programme de l'extrême gauche grecque, du parti Syriza, comporte les poins suivants: 1) Hausse du salaire minimum. 2) Moratoire de la dette privée avec les banques. 3) Annulation des deux tiers de la dette publique. 4) Augmentation des dépenses publiques.

Il n'est pas question de la sortie de l'euro. Or sans cette sortie, l'essentiel de ce programme ne peut pas se réaliser. Certes, l'annulation de la dette publique pose problème. La fin de l'euro devrait provoquer la dépréciation de l'euro et l'évaporation d'une partie importante de cette dette.

vendredi 12 décembre 2014

A propos du 30 ans américain.

Nous avons déjà signalé que le 30 ans, est la valeur phare su système dollar. Or, en ce moment cette obligation est à 104,36 dollar. Ce qui veut dire que le dollar est au summum de sa puissance. Certes, avec la baisse du prix du pétrole, le pétrole de schiste américain devient de moins en moins rentable. Mais, cela ne pose pas de problème à l'économie américaine. Car elle dispose du privilège d'émettre la monnaie internationale. Par conséquent, si ce mouvement se développe, nous allons assister à l’élargissement du déficit commercial des États-Unis Ce qui ne pose aucun problème à ce pays.   

lundi 1 décembre 2014

A propos du référendum suisse.

Comme on le sait, le résultat du référendum suisse sur l'or a été négatif. Mais, cela a permis d'en parler du problème des réserves or. De telle sorte que contrairement a ce qu'on pensait, le chute du prix de l'or a été plutôt marginale. Vers 3h du matin l'once d'or  était à 1.150$. En ce moment il est a nouveau au-tour de 1.176$.

samedi 29 novembre 2014

Encore à propos du référendum suisse.

Il est clair que si les suisses votent oui pour le référendum de demain, cela va changer l'ordre monétaire international. C'est très curieux que la presse, en générale, lui ait accordé peu d'importance.

En tout cas, cela peut déclencher le retour à l'étalon-or. Donc, au dépassement de l'étalon-dollar et à la disparition du système de la monnaie unique européenne.

mardi 25 novembre 2014

A propos du référendum de la Suisse.

Comme nous l'avons déjà indiqué ici, les suisses devront se prononcer par referendum, le 30 de ce mois. Sur le fait de savoir s'il faut sauver l'or de la suisse. Donc, particulièrement sur le fait de savoir si la Banque Nationale Suisse (BNS) devrait garantir sa propre monnaie à la hauteur de 20%. Ce qui veut dire que la BNS devrait acheter quelques 2.000 tonnes d'or dans les 5 ans qui viennent. Par conséquent, 400 tonnes par an.

Il est clair que si ce référendum passe, le monde entier va se trouver devant une nouvelle politique monétaire. Plus précisément, devant le passage de l'étalon-dollar à l'étalon-or. 

Encore sur la politique de Mario Draghi.

Le 26 juillet 2012, le patron de la BCE, Mario Draghi, a dit qu'il ferait tout pour sauver l'euro. Principalement, émettre de la monnaie pour acheter des obligations des pays en difficulté. Voilà que le 17 novembre 2014, il revient avec le même discours. Or, il sait très que il ne peu pas pratiquer cette politique.

Entre temps, les  taux de rémunération des obligations des pays en difficulté - cas de l'Espagne, par exemple - ont diminué considérablement. Le taux du 10 ans espagnole est ainsi passé de 7,50%, à moins de 2%, en ce moment. L'échec de la promesse Draghi, peut produire une crise très grave dans le marché obligataire de la zone euro.

samedi 15 novembre 2014

A propos de la situation économique de la Grèce.

L'économie de la Grèce a perdue, depuis 2009, le 25% de son PIB. Sa dette est de 170% de son PIB. Actuellement son taux de chômage est de 26%. Certes, le taux de risque pays a diminué, comme dans les autres pays du Sud de l'Europe, depuis la célèbre promesse de Mario Draghi, du 26 juillet 2012.

La fin, momentané, de la politique d’austérité dans les pays du Sud de l'Europe, explique la petit reprise que nous constatons dans ces pays.

mardi 11 novembre 2014

A propos de refrendum suisse, du 30 novembre.

Comme nous lavons signalé ici, les suisses doivent se prononcer par referendum, le 30 novembre, sur le problème de l'or. Selon cette proposition de loi, il s'agit de reconstituer le réserves or de la suisse.

Rappelons qu'en 1999, la Banque Nationale Suisse (BNS) détenait 2.600 tonnes d'or. Entre 2000 et 2008, elle va vendre, pour soutenir le billet vert, 1.560 tonnes.

De sorte que si cette proposition de loi passe, la Suisse devrait acheter plus de 1.600 tonnes d'or. Ce qui devrait provoquer le retour en force de l'or.

vendredi 7 novembre 2014

Du retour en force de l'or.

Comme nous venons de le signaler, tout indique que nous devrions assister à une remonté du prix de l'or, pour les raisons que nous venons de voir. Mais, en plus de ces raisons, il y a surtout le fait que les États-Unis ne contrôlent pas la quantité qu'ils disent posséder: 8.133 tonnes.
 Car, il ne faut pas oublier que l'année dernière l'Allemagne a demandé de récupérer l'or qu'ils ont déposé chez eux. Or, les États-Unis ont  répondu qu'ils ne pouvaient pas rendre ces réserves - de quelque 1.536 tonnes -, avant 2020. Ce qui prouve que les réserves de ce pays ne sont pas si importantes.

jeudi 6 novembre 2014

Trois raisons pour lequelles l'or devrait reprendre son envol.

1) L'échec de la promesse Draghi, du 26 juillet 2012. Selon laquelle, la BCE devrait émettre de la monnaie, pour sauver les pays en difficulté. Actuellement, l'ensemble des pays du sud de l'Europe, y compris la France.

2) La fin du QE, du côté de la Fed. Ce qui devrait provoquer la diminution de la valeur réelle du 30 ans américain. Et qui devrait montrer que le billet vert ne peut pas tenir sans émission monétaire.

3) Le vote suisse sur les réserves or de la Banque Nationale Suisse (BNS), le 29 novembre. Car, si les suisses approuvent cette loi, le BNS devrait acheter plus de 1.000 tonnes d'or.

mardi 4 novembre 2014

A propos des réserves or de la Suisse.

En 2000, la Banque Centrale Suisse détenait 2.600 tonnes d'or. Elle ne détienne plus que 1.054 tonnes. Dont 70% en Suisse, 20% en Angleterre et 10% au Canada.

Le 30 novembre prochain, les suisses vont se prononcer sur le rapatriement de ses réserves, et sur la nécessité d'avoir une part important de ses actifs en or. Cette part ne devrait pas être inférieure à 20%. Or, elle est actuellement de 7,6%.

Si cette loi passe, elle devrait provoquer un début de retour en force de l'or. Par conséquent, on devrait s'attendre à une nouvelle monté du prix de l'or.  

jeudi 30 octobre 2014

La Fed met fin à l'émission monétaire.

La Fed a, donc, mis fin à sa politique d'émission monétaire. Plus précisément, à ses programmes QE3 et QE4.  Par conséquent, on devrait assister, dans les semaines qui viennent à une diminution de la valeur réelle du 30 ans qu'en ce moment est à 102,14$. Donc, au-dessus de sa valeur nominal.

Bien évidemment, la Fed à toujours la possibilité de recommencer avec l'émission monétaire. Par conséquent, un QE5 qui serait la continuité du QE4. En réalité, la Fed détienne le pouvoir dans le monde. Avec la politique des QE elle est au-dessus de la mêlé.

En attendant, nous ici, du côté des pays déficitaires - selon les comptes extérieures - de la zone euro, nous continuons à nous enfoncer dans la rareté monétaire et la pénurie de crédit.

mardi 28 octobre 2014

Les grandes réserves en dollar dans le monde.

Si on regarde bien, on se rende compte que les plus grandes réserves en dollar dans le monde sont par ordre d'importance: celles de la Chine, avec 3.000 milliards de dollars,  celles des pays du Conseil de Coopération du Golf - l'Arabie Saoudite, Bahrain, les Émirats Arabes Unis, Omar, Quatar et Koweït -, avec 2.500 milliards et celles du Japon, avec 1.000 milliards de dollars.

Ce qui veut dire que  ces trois puissances contrôlent 6.500 milliards de dollars, sur les quelques 9.000 milliards en circulation sur le marché international. 

dimanche 26 octobre 2014

Encore sur la promesse Draghi.

Comme nous essayons de l'expliquer, le patron de la BCE cherche par tous les moyens à contourner l'obstacle posé par par la Cour Constitutionnelle allemande. Donc sur le fait que selon ses Status, la BCE n'a pas le droit d'émettre de la monnaie.

Tout indique qu'il irai jusqu'à ce que la BCE achète toutes les dettes européennes, en s'appuyant sur la clef de répartition de son capital, pour faire ces achats. Ce qui ne changerait en rien le problème des pays ayant des difficultés. En tout cas, la non viabilité de la promesse Draghi devrait augmenter le taux de rémunération des obligation des pays en difficulté. Et ça sera le retour à la crise du deuxième trimestre 2012.       

mercredi 22 octobre 2014

Toujours à props de la promesse Draghi.

Il est clair que Mario Draghi cherche toujours à faire fonctionner la planche à billets, mais les allemands ne veulent pas. Le système est fait de telle sorte que la Banque Centrale Européenne n'a pas le droit d’émettre de la monnaie. De sorte que la situation est bloqué. Et la seule sortie de cette impasse est une crise du marché obligataire.

Ce qui devra être particulièrement redoutable. Mais, c'est le chemin pour sortir de l'euro. Donc, pour que chaque pays puisse récupérer sa souveraineté monétaire. Et organiser son avenir en fonction des circonstances. 

dimanche 19 octobre 2014

A propos des pays dollarisés.

Dans les pays dollarisés - cas des pays de l'Amérique Latine, par exemple -, lorsque les monnaies nationales s'affaiblissent, les citoyens tendent à acheter des dollars. Ce qui affaiblit encore d'avantage les monnaies nationales.

Pour lutter contre cette tendance, il faudrait que les pouvoirs publiques puissent  libèrer le marche de l'or et de l'argent métal, sans prélever des taxes. Pour que les citoyens puisent s'y protéger. Car, en cas de crise du système dollar, il vaux mieux une société avec des réserves métalliques qu'une sociétés sans elles.

jeudi 16 octobre 2014

Encore sur la puissance d'US dollar.

Les événements de Hong Kong, sont en train de fragiliser la Chine. Ce qui renforce le dollar. En ce moment, le 30 ans est à 105,64$ en valeur réelle. De plus, nous assistons à une baisse du Baltic Dry Index, qui est en ce moment à 935 points. Ce qui veut dire que malgré la réduction du rythme d'émission monétaire par la fed, et la diminution de l'activité économique au niveau international, le dollar se renforce.

dimanche 5 octobre 2014

Encore sur la puissance du billet vert.

Il est clair que le billet vert devrait maintenir sa suprématie, si le pays émergents continuent à thésauriser des bons du Trésor des États-Unis. C'est notamment le cas de la Chine. Si la Chine change de stratégie, et se met à accumuler de l'or au lieu de dollars, on porrait être en train de vivre la fin du règne du billet vert.

En tout cas, le règne de l'étalon-or international est le seul instrument capable de nous permettre de sortir de la crise que nous connaissons.

samedi 4 octobre 2014

A propos de la puissance du billet vert.

Il est incontestable, le dollar est au summum de sa force. Et cette puissance ne peut pas être comprise si on ne tient pas compte d'un côté, de la politique d'émission monétaire de la Fed, et de l'autre coté, de la politique de thésaurisation des dollars de la part des pays émergents. Surtout de la Chine, qui détienne en ce moment plus de 2.800 milliards de dollars en réserves.

Mais, ce processus devrait se renverser avec la fin de l'émission monétaire de la Fed. Qui devrait en octobre arrêter de soutenir ses bons du Trésor sur le marché international. Avec la fin du QE4. Et, alors, on devrait assister, à la baisse de la valeur réelle du 30 ans, et à la monté du pris de l'or.

jeudi 25 septembre 2014

A propos de la promesse de Mario Draghi.

La promesse de Mario Draghi - le patron de la BCE -, de faire tout pour sauver l'euro, devra bientôt se montrer inefficace. Car, comme nous l'avons déjà signalé, la BCE n'a pas le droit d'émettre de la monnaie. Donc, elle ne pourra pas faire fonctionner la planche à billets, pour acheter la dette publique des pays en difficulté.

La chute de cette barrière devrait faire monter le taux de rémunération, des obligations, des pays en difficulté. Ce qui devrait montrer que le chemin de l'austérité n'est pas viable. Ceci d'autant plus que les pays du sud de l'Europe s'acheminent, vers une récession dans la déflation.

- page 1 de 77